Aloha [Nouvelle] : Interview de Virginie Rousseau

Aloha [Nouvelle] : Interview de Virginie Rousseau

Bonjour Virginie, ça faisait longtemps qu’on n’avait plus eu le plaisir de lire une de tes histoires et je suis sûre que ce sera une belle surprise pour les lectrices de voir que tu es de retour ! Est-ce que tu pourrais nous en dire plus sur Aloha ?

Oui, ça fait un moment effectivement, et je suis heureuse de revenir avec une nouvelle qui sent bon le monoï.

Aloha nous fera voyager, et pas n’importe où : à Hawaï ! Sur des plages de sables fins, les pieds dans une eau turquoise. Un arrière gout des dernières vacances d’été (ou un avant-goût des prochaines !).

Nous suivrons Jordan et Kayla, la première tout juste arrivée de son New York natal, la deuxième née sur une planche de surf sur ces plages paradisiaques. Une confrontation de deux cultures, deux points de vue, de style de vie à l’opposé.

Tu as choisi des personnages adolescents/jeunes adultes pour cette nouvelle ? Avais-tu une raison particulière de le faire ?

Tout d’abord : l’inconnu. J’écris très peu sur l’adolescence. Je suis plus portée sur les débuts de vie active que l’adolescence pure. Peut-être parce que c’est plus lointain pour moi, que les codes ont changé depuis. L’adolescence est une période cruciale dans une vie, et propre à chacun, c’est assez compliqué de « taper dans le mille ». Mais c’est aussi très rafraîchissant d’écrire sur deux adolescentes dont les priorités sont moins « graves » que celles des adultes, les questionnements sont plus légers.

Les paysages que tu décris dans ta nouvelle laissent rêveuses. Pourquoi avoir choisi de situer ton histoire là-bas ? Est-ce que c’est une destination que tu connais personnellement ?

J’aurais adoré dire oui… mais non. Je ne connais Hawaï que de ce que j’ai vu en voir dans les films, les séries, les livres. Je me suis documentée aussi sur l’île elle-même, les villes, les populations. Qui ne rêverait pas un jour de visiter Hawaï et ses immenses plages, de se baigner dans ses eaux translucides ?

C’est une île qui a toujours suscité ma curiosité et qui sait, un jour, peut-être, que j’irais.

D’ailleurs, on se demandait aussi comment t’était venue l’idée du surf ? En lisant ta nouvelle, nous avons découvert plein de choses sur ce sport, et notamment sur la notation lors des compétitions sportives. Serais-tu familière de l’activité à tout hasard ?

Là encore… Non. À vrai dire, lorsque j’ai décidé d’écrire sur Hawaï, il était évident pour moi d’y inclure le surf, qui est plus qu’un sport là-bas, mais une véritable religion. Je vous avouerais que j’ai été aussi beaucoup inspirée par le film Soul Surfer qui raconte l’histoire vraie d’une surfeuse qui s’était fait arracher le bras par un requin à l’âge de treize ans.

C’est dans ce film, notamment, que j’ai aussi découvert le surf comme une véritable institution avec des compétitions, un vocabulaire particulier, et la dévotion des gens pour ce sport.

Évidemment, ma nouvelle n’est pas tirée du film, mais on peut voir que l’héroïne (incarnée par AnnaSophia Robb) a largement inspiré le personnage de Kayla : son aspect physique tout d’abord, son amour pour le surf et son île, mais aussi sa détermination et le fait de voir le meilleur et le positif dans chacun et dans toute chose.

Parlons maintenant de tes personnages. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ont un caractère bien trempé, surtout Jordan ! Quelle était ta motivation de vouloir créer une lycéenne en colère ? Je crois que les phases par lesquelles elle passe sont universelles, mais un peu poussées à l’extrême, non ?

Pour le coup, je sais ce que peut ressentir Jordan. Ayant moi-même beaucoup déménagé durant mon enfance et adolescence, je sais ce que c’est de devoir tout quitter sans que l’on ne puisse rien y faire. On sent une grande injustice, on se sent délaissé, pas écouté. Oui, on est en colère contre la terre entière, et plus particulièrement contre ses parents que l’on rend coupables de cet éloignement. Et c’est encore plus injuste quand on a des frères et/ou sœurs et que leur adaptation à ce nouvel environnement se passe bien mieux.

À l’adolescence, on pense que son monde ne tient que par ses amis, les réseaux sociaux, les habitudes. Et d’un seul coup, on vous enlève tout cela pour l’inconnu. C’est terriblement frustrant, énervant et douloureux parfois.

Jordan est une ado révoltée, typiquement la citadine avec ses amies, sa « cour », ses habitudes… Elle s’endort aux bruits des klaxons et des sirènes de police… Puis elle est catapultée dans un autre monde qui, en plus, lui est totalement étranger et lui apparaît comme sauvage. Là où certains auraient décidé de découvrir ce nouveau monde, elle, elle se braque et reste dans le déni. C’est une forme comme une autre de révolte. Par sa colère, elle veut aussi faire payer à ses parents leur choix, qui n’est pas le sien.

Heureusement, les choses finiront par changer, et l’amour y sera pour beaucoup !

À laquelle de tes deux héroïnes t’identifies-tu le plus ?

Pour la situation qu’est la sienne, à savoir déménager, être éloignée de ses amis et se retrouver dans un nouveau monde inconnu, je dirais Jordan.

Mais d’un point de vue caractère, je serais plus proche de Kayla : positive, vivante, passionnée.

Qu’est-ce que tu aimerais que les lectrices retiennent de ta nouvelle ?

À la dernière page, qu’elles ferment les yeux et aient l’impression de se retrouver au bord d’une des plages de Pearl City, à sentir l’air iodé s’immiscer dans leurs cheveux, qu’elles sentent le sable chaud entre leurs orteils, et les rayons du soleil sur leur visage. Qu’elles aient simplement le sourire d’imaginer le futur de Jordan et Kayla.

Qu’elles se replongent aussi dans leur période adolescente (peut-être moins lointaine pour certaines) et cette multitude de sentiments, parfois contradictoires, qui jalonnent cette période. Qu’elles esquissent un sourire en se souvenant d’un amour de vacances ou de la rencontre avec LA personne qui partagera leur vie.

As-tu d’autres projets d’écriture en ce moment ?

J’ai un projet de nouveau roman, ce n’est encore qu’une esquisse, mais le contexte est posé. En parallèle, j’écris toujours des fanfictions.

 

 

Étiquettes :

Posts connexes

Répondre

Vous devez être connecté pour afficher un commentaire