Deuxième Tiroir à Droite : Interview de l’auteure Aude Clervoy

Aude Clervoy Interview

Bonjour Aude, peux-tu nous parler de ta nouvelle Deuxième Tiroir à Droite ?

Bonjour. Dans Deuxième Tiroir à Droite, Laure, cheffe de projet informatique dans une société de taxis, reçoit des lettres sur son lieu de travail. Chaque lundi, depuis environ un mois, elle découvre un nouveau courrier déposé dans le deuxième tiroir de son bureau, à droite. Une question hante alors son esprit : qui se cache derrière les deux initiales inscrites en bas des missives ?

D’où est venue l’idée de cette histoire ?

Elle a été écrite pour le concours l’Amour Lesbien au Travail.

Le premier élément qui m’est venu à l’esprit est le personnage de Laure. De là, les grands traits de cette nouvelle se sont lentement dessinés. L’histoire qui a germé dans ma tête au mois de décembre n’est plus la même qu’aujourd’hui, elle a varié au rythme de mes balades, moments pendant lesquels mon imagination aime vagabonder.

Pourquoi avoir choisi ce titre très intriguant ?

La réponse est dans la question. Je l’ai choisi justement parce qu’il est intriguant. Ce titre est comme un chemin à suivre sans savoir ce que l’on va trouver arrivé à destination. Si l’on découvre très rapidement ce qu’il y a dans le tiroir,  on ne sait pas où cela va mener… J’aime l’idée d’éveiller la curiosité des lectrices/lecteurs.

Dans Deuxième Tiroir à Droite il est question d’une deuxième chance, pourquoi ce choix ?

Dans la vie, on ne réussit pas tout du premier coup, quel que soit le domaine… Chacun de nous a ses qualités, ses défauts et fait parfois des choix hasardeux. Mais, malgré tout, le couperet ne tombe pas systématiquement, nous pouvons nous améliorer et avoir, parfois, l’opportunité de nous rattraper.

Ta nouvelle aborde la notion d’erreur et de pardon même si ton héroïne est de très mauvaise foi. Ces sujets te tiennent à cœur ?

« Erreur », « pardon » et « foi » dans la même phrase, que de termes religieux pour parler de ma nouvelle… Je tiens à préciser que j’ai bien écris une romance lesbienne et non un texte pieux. Plus sérieusement, au risque de me répéter par rapport à la question précédente, nous ne prenons pas toujours les « bonnes décisions ». Parfois nous sommes les seuls à en subir les conséquences, d’autres fois cela rejaillit sur notre entourage. Il est important de connaître les raisons qui ont conduit à ces comportements jugés inappropriés, cela peut permettre de comprendre. Même si comprendre ne signifie pas nécessairement accepter…

Concernant la mauvaise foi de mon héroïne, comment dire… C’est un  défaut qui a son charme, non ? Et ne me dites pas que je suis de mauvaise foi ! D’accord, j’avoue, c’est une vilaine tare qui ne m’est pas totalement étrangère. Mais, je dois préciser que j’ai tout de même grossi le trait.

Il est également question d’amitié et de deuil, non ?

D’amitié, oui. Elle est ici traitée sous deux aspects. C’est à la fois un miroir qui renvoie une image de soi à un instant T (pas toujours très jolie à regarder), mais également une couverture douillette dans laquelle on aime se réfugier.

Quant au deuil, il est suggéré. Je dirais qu’il est plutôt ici question de la mort. L’un des personnages est confronté au décès et celui-ci a des incidences sur sa vie. Le deuil est beaucoup plus long et complexe que ce dont je traite dans la nouvelle. La mort la traverse, comme elle traverse nos existences.

Qu’as-tu préféré écrire sur Deuxième Tiroir à Droite ?

Je ne voulais pas faire dans la simplicité, ne pas emmener l’histoire nécessairement où on s’attendait à ce qu’elle aille. Qu’il y ait des rebondissements sans en faire trop non plus. Essayer de trouver le juste équilibre. J’ai donc pris beaucoup de plaisir à réfléchir à cela et à le coucher sur le papier.

Il y a d’autres choses que j’ai aimées, mais chut… je risque de trop en dire.

Qu’aimerais-tu que les lectrices/lecteurs retiennent de ta nouvelle ?

Je souhaiterais quelles/ils prennent autant de plaisir à la lire que j’en ai pris à lui donner vie. J’espère également les surprendre.

Que peut-on te souhaiter pour la suite de l’année ?

De trouver l’inspiration pour poursuivre l’écrit sur lequel je travaille actuellement. Roman ou nouvelle ? Je ne sais pas encore où il va me mener. Mais c’est ça aussi l’écriture, se laisser guider sans connaître d’avance la destination.

J’aimerai clore cette interview en remerciant l’équipe de Reines de Cœur qui a cru en cette histoire dès le début.

Laisser un commentaire