Dans quels pays se déroulent majoritairement nos romans lesbiens ?

Dans quels pays se déroulent majoritairement nos romans lesbiens ?

Une fois n’est pas coutume, nous avons décidé de vous lister les romans que nous avons publié par pays. Et oui, pour certaines personnes, lire une histoire qui se passe dans un pays étranger permet plus facilement de voyager. Pour d’autre, il n’y a rien de plus amusant que de retrouver des villes ou des lieux que l’on connaît.

L’équipe de Reines de Cœur a donc choisi de vous guider pour vous faciliter la tâche. De quoi vous éviter de chercher et de prendre des notes de votre côté !

Les livres lesbiens qui se déroulent en France

6h22 place 108 clemence alberie - format papier6h22 Place 108 de Clémence Albérie

Ce roman d’amour entre femmes se déroule dans le Paris d’aujourd’hui et le train tel que nous le connaissons (même s’il est parfaitement entretenu dans cette histoire).

Gaëlle se sentait à l’aise et resta un moment en silence à observer son environnement. La gare du Nord lui avait toujours donné l’impression d’être un monument touristique à elle toute seule, peut-être à cause de sa façade ornée de quatorze statues et découpée de trois immenses baies vitrées. Chaque fois qu’elle levait les yeux sur la halle de fer et de verre, elle s’émerveillait des puits de lumière qu’elle offrait. La jeune femme aimait passer du temps à observer les choses et les gens, à imaginer les vies et les histoires de certains. En y réfléchissant, elle réalisa que la gare n’était pas un monument, mais un organe. Un flot continu de passagers arrivant et repartant comme le sang pompé par un cœur. Partout résonnaient les pas souvent pressés des voyageurs parisiens. Certains étaient stressés de manquer leur train, d’autres excités de démarrer leurs vacances dans la capitale française. Les bruits sourds des baskets se mêlaient aux cliquetis des talons et au crissement des roues de valises. Tout n’était que sons et mouvements. Et il y avait les voix, de nombreux éclats montant depuis l’immense tableau d’affichage où plusieurs usagers râlaient après les éternels retards de la SNCF au son du clac clac clac du panneau ancien. À leurs pieds, un pigeon tournait en roucoulant, gonflant inlassablement son torse et sa queue pour attirer l’attention d’une femelle qui faisait tout pour le fuir, sans succès.
Elle se retint de rire face à tous ces petits spectacles si banals et répétitifs auxquels elle prenait naturellement part quand elle était concernée, quand elle capta le regard de sa voisine qui cherchait le sien.
— Pourquoi ? questionna Andréa d’une voix douce.

Aimer n'est pas Jouer - Fanny Mertz en 3DAimer n’est pas Jouer de Fanny Mertz

Ce roman choral met la capitale à l’honneur avec certaines particularités comme ses catacombes…

Camille adore ce morceau. Elle l’a si souvent interprété que ses doigts pourraient le jouer sans elle. Pourtant, elle prend la peine de sortir la partition ; ce soir elle tient à s’appliquer. Les premières notes s’élèvent, pures, la main gauche soutient le thème, enivrant, décidé. Une ode à la simplicité, claire et forte, comme devrait l’être la vie. Aimée est assise, elle ferme les yeux. Elle remonte le temps.
Les voitures sont rares dans les rues de Paris, les éclairages blafards, les femmes vêtues de gris font la queue aux boulangeries. Pourtant, l’été sera bientôt là. En guise de promesse, les arbres se couvrent de feuilles tendres et de chants d’oiseaux. Des bras l’enserrent, de puissantes mains la caressent, imprimant leur tendresse sur son cou. Elle est assise au piano et joue Chopin, pour lui, pour eux. C’est un nocturne d’amour, une nuit sans fin suivra, suave et enivrante. Son vieux cœur étouffe, sa poitrine se gonfle de nostalgie, ses doigts valides étreignent l’accoudoir. Il est à côté d’elle, si près. Dieter.
La musique enfuie, le silence s’est installé. Aimée sommeille-t-elle ? Non, ce sont bien des larmes qui coulent de ses paupières closes.
Sans bruit, Camille se lève et revient avec un mouchoir avant de s’agenouiller au pied du fauteuil. Avec douceur, elle essuie les rides noyées.
— Merci, dit Camille.

Bleu Emeraude d'Emily Everson (Version 3D)Bleu Émeraude d’Emily Everson

Cette romance s’ancre dans une entreprise de jeux vidéos dont le siège social est à Paris.

Les deux semaines suivant mon entretien se passèrent tranquillement. J’appris les techniques d’évaluation psychosociale utilisées par Éléonore, avec laquelle je m’entendais étonnamment bien. Mes collègues étaient charmants, même si Marc se faisait un peu plus incisif dans ses techniques de drague, du moins il m’en donnait l’impression. Hélène décida d’organiser une soirée entre collègues pour fêter mon arrivée. C’était d’ailleurs pratique courante dans le service des ressources humaines. Les apéro-dînatoires et soirées dans des bars se multipliaient pour resserrer les liens entre le personnel. Ma seule réticence fut que ce genre de « soirées » pouvait aussi être source de conflits. En particulier lorsque l’alcool s’en mêlait. La soirée de bienvenue était prévue pour la fin de la semaine, dans un bar du centre de Paris. Je n’eus en revanche que peu de contacts avec la DRH, bien qu’elle se soit considérablement radoucie les jours qui suivirent. Enfin, « radoucie » façon Madame Guérin. Elle redevint abordable, froide et caustique, mais moins acerbe, et elle saluait les employés, moi y compris, d’un signe de tête et d’un regard appuyé. Ce qui était, tout compte fait, le mieux qu’on ait pu espérer d’elle. Après sa remarque piquante quant à ma manie d’observer avec insistance les gens qui m’entourent, je me fis plus discrète et me concentrai pratiquement uniquement sur mon travail ; mes yeux ne quittant l’écran de mon ordinateur que pour répondre aux questions de ma formatrice, de Marc ou d’un collègue, et pour les pauses déjeuner… Et pour observer ma responsable de dos. Je développai une obsession plus que dérangeante pour cette femme. À tel point qu’en revoyant ma belle barmaid, je ne pus me sortir Julie Guérin de la tête. Même au lit.

Nuits Blanches Ophelie Hervet Roman PapierNuits Blanches d’Ophélie Hervet

Ce roman de science-fiction cyberpunk se déroule dans un Paris futuriste loin de ce que l’on connait aujourd’hui.

Aurore arriva à l’intersection qui marquait le coin de la décharge. Avant de s’engager, elle prit le temps de fouiller les environs du regard. La rue défoncée s’étirait, longeant un grillage hors d’âge avec plus de trous que de mailles. Un peu plus loin, une grille se dressait, si rouillée qu’elle avait fusionné avec les piliers. Un panneau presque décroché affichait encore : Jardin du Luxembourg.
Quelques gamins traversèrent la route et s’y infiltrèrent, passant à travers les brèches ou sautant par-dessus les sections affaissées. À l’opposé, face à l’immense poubelle à ciel ouvert dans laquelle circulaient les lents robots de tri, un long bâtiment de pierres à demi effondré semblait filer vers l’infini. Un sifflement aigu brisa soudain la tranquillité des lieux. Aurore s’aplatit contre le mur. Elle releva la tête vers les fenêtres des étages et aperçut les guetteurs qui disparaissaient dans les ruines. Elle se demanda une seconde si elle aurait le temps de rejoindre la décharge pour s’y camoufler et décida de ne pas prendre le risque. Elle recula de quelques pas et se glissa sous un porche, de manière à surveiller la rue sans être vue.
Un silence anormal envahit les lieux tandis que les gosses se planquaient derrière les piles de déchets plus ou moins stables. Puis les grincements discrets des chenilles des robots policiers se firent entendre, précédant le passage de l’escouade. Elle se tendit, prête à fuir. Mais les carcasses métalliques renforcées poursuivirent leur route sans lui prêter attention.

Où se cachent les abeilles - Aurélie Spiaggia - Format PapierOù se cachent les Abeilles d’Aurélie Spiaggia

Contrairement aux précédentes histoires, celle-ci ne se déroule pas dans la capitale, mais dans un petit village fictif de France baptisé Sainte-Foy.

En chemin vers le village de Sainte-Foy, la voiture de Delphine et Clémence passe devant une vieille église semblant avoir été construite au début du Moyen-âge. Delphine souhaite immédiatement s’arrêter. Elle y voit l’occasion de faire une série de photos, entre plan d’ensemble et détails de la pierre ancienne. Clémence, même si elle n’est pas très friande des églises ou des religions de manière générale, ne marque pas d’objection. Après tout, c’était l’accord de départ : Delphine avait accepté de venir pour pouvoir faire quelques photos à ajouter à son portfolio.
Ensemble, elles font le tour de la petite église qui semble abandonnée depuis quelques années déjà. La neige a recouvert la mauvaise herbe qui commençait à pousser près de la porte en bois écorché. Clémence s’approche des pierres de taille pour caresser la mousse qui, malgré l’hiver, est encore vert vif. Son regard se perd au loin, quand elle aperçoit, un peu en arrière de l’église, ce qui lui semble être un petit cimetière, presque artisanal. Aucune tombe de marbre, comme elle avait l’habitude d’en voir lorsqu’elle allait rendre hommage à sa grand-mère avec Nathalie. Ce sont des croix faites de bouts de bois et des roches empilées qui retiennent son attention. En entendant un déclic, elle se retourne et réalise que Delphine la prend en photo depuis quelques secondes déjà.

Quand tombent les masques clemence alberie 3DQuand Tombent les Masques de Clémence Albérie

Encore loin de la capitale, cette romance homosexuelle se déroule à Toulouse et plus précisément dans une clinique de la ville…

Éloïse se gara, impatiente d’aller retrouver sa compagne. L’éditeur de Gabrielle avait organisé une séance de dédicaces dans le magasin FNAC Jean-Jaurès de Toulouse. Comme pour chacune de ses séances, la romancière était en ébullition. Elle avait beau en avoir fait des dizaines, c’était toujours la même émotion qui la submergeait au moment privilégié de rencontrer ses lecteurs.
La brune n’avait eu que peu d’occasions d’assister à ces séances. Entre leurs emplois du temps respectifs, mais également à cause de l’éventualité que la mère de sa compagne ne vienne soutenir sa fille, elles avaient toujours préféré éviter de prendre le risque. Seulement aujourd’hui, elles pouvaient enfin vivre sans cette épée de Damoclès au-dessus de leurs têtes.
Ce fut donc avec une certaine excitation — qu’elle essayait de contenir du mieux possible —, qu’Éloïse entra dans la FNAC. Ce ne fut qu’après avoir traversé tout le magasin, avoir trouvé le lieu des dédicaces, et avoir enfin aperçu sa compagne, que la brune se figea, prise d’un soudain doute. Comment devait-elle se présenter ? Elles n’avaient jamais discuté de la démarche à suivre face aux lecteurs.
Gabrielle n’avait pas encore annoncé publiquement son homosexualité. Bien sûr, certains fans avaient des doutes et les rumeurs allaient bon train sur les réseaux sociaux, mais rien n’avait encore été officialisé.

La Brise du Désir de Sylvie Géroux - Format PapierLa Brise du Désir de Sylvie Géroux

Toujours dans le sud de la France, cette romance F/F prend corps à Manosque et sent bon le soleil…

Lou prit une douche rapide, histoire de se rafraîchir un peu. Elle passa une tenue plus décontractée, puis, jetant un œil à sa montre, se décida à aller boire un verre à la terrasse du petit hôtel. Après avoir commandé un panaché, elle s’installa à l’une des tables libres. L’hôtel faisait également bar et restaurant, et il y avait déjà quelques clients. La petite rue du centre historique de Manosque était encore animée en cette fin d’après-midi, même si l’on était loin des folies de la Côte d’Azur. Les touristes se baladaient de leur démarche traînante, accablés par la chaleur, observant les portes en bois sculpté, les fontaines, la maison de Jean Giono. Les autochtones, que l’on reconnaissait à leurs pas rapides et leur regard un rien irrité, se pressaient vers les derniers magasins encore ouverts, les parkings ou leur domicile.
Lou se détendit enfin un peu en observant d’un air distrait ce défilé. La terrasse de l’hôtel était à l’ombre de grands platanes, une petite brise faisait bruisser les feuilles. La température commençait doucement à devenir un peu plus agréable. Elle décida de dîner au restaurant de l’hôtel. Elle n’avait déjeuné que d’une salade sur le pouce à l’aéroport de Roissy, et son estomac commençait à gronder. Elle pourrait toujours profiter de la digestion pour découvrir un peu la ville. Elle commanda donc un tartare de légumes avec un filet de poulet à l’estragon au jeune homme en jean élimé qui semblait tenir lieu de serveur. Puis elle sortit de sa pochette toute la documentation qu’elle avait pu rassembler sur le parapente. Elle n’avait guère eu le temps de se renseigner sur la technique, le matériel et le vocabulaire de ce sport. Si elle ne voulait pas passer pour la Parisienne inculte de service, elle avait intérêt à bûcher un peu avant de se lancer.

Sacrifices Johanna David Version 3DSacrifices de Johanna David

Ce n’est pas une ville mais bien une région, la Bretagne qui est mise à l’honneur dans cette enquête policière teintée de mystère et d’ésotérisme.

Installée depuis quelques jours, Nathanaëlle prévoyait de recueillir toutes les informations nécessaires et anecdotes sur les lieux à découvrir, ainsi que les histoires et légendes qui entouraient cette région. En effet, ses guides touristiques avaient une base classique de manuels pratiques pour visiter la destination, mais la jeune femme avait souhaité ajouter une pointe de romanesque à ses écrits en ravivant d’anciennes légendes ou histoires oubliées. Elle ne s’était pas doutée du succès qu’elle allait remporter avec son guide sur les Alpes et cela lui avait donné l’envie de s’intéresser à une autre région qui l’avait toujours attirée, du plus loin qu’elle se souvienne : la Bretagne et ses légendes celtiques.
Nathanaëlle avait commencé à se documenter sur le sujet, ce n’était pas les informations qui manquaient. Elle avait décidé de séjourner dans le Finistère dès la fin du mois de juin pour se familiariser avec les lieux avant l’arrivée massive des touristes. Évidemment, elle aurait pu choisir une autre période, plus calme, cependant elle voulait également connaître la région lorsque l’activité battait son plein.

Les livres lesbiens qui se déroulent aux USA (Etats-Unis d’Amérique)

A La Croisee des Chemins - Eija Jimenez - Format Papier 3DÀ La Croisée des Chemins d’Eija Jimenez

Tout en ralentissant, elle maudit Camille de l’avoir persuadée de quitter la vente aux enchères et mijota un plan pour prendre sa revanche. Mais sa machination fut écourtée. Un bruit sec claqua sous la voiture et celle-ci s’abaissa brutalement en prenant une inclinaison étrange.
Elle en resta pantoise. Évidemment son pneu avait crevé. Évidemment il fallait que ça arrive dans une banlieue sordide. Pourquoi cela ne s’était-il pas produit dans un quartier civilisé ?
Elle se cogna le front contre le volant avant de garer correctement la voiture. Elle faisait maintenant une cible vraiment facile, une cible assise dans un véhicule de luxe au beau milieu de New York. Il ne manquait plus qu’une pancarte au-dessus de sa tête pour qu’elle soit agressée. Elle devait bouger de là et vite.
Elle se rua sur la boîte à gants, saisit son téléphone et appuya sur le bouton d’accueil. Pas de réponse. La batterie était déchargée.

Escorte-moi de Lena Clarke - Version PapierEscorte-Moi de Lena Clarke

Cette sensuelle romance homosexuelle prend vie entre Las Vegas où tout débute et Austin où vit notre héroïne sans compter le ranch familial texan…

À nouveau, je manquai d’avaler de travers, mais cette fois-ci à cause de l’apparition d’Adriana. Je crus rêver. Elle ne vivait même pas à Austin, alors qu’est-ce qu’elle faisait là ? Un coup d’œil en direction d’Olivia fut suffisant pour me rendre compte qu’elle était responsable de cette arrivée impromptue. J’aurais pu prétendre être surprise, mais en réalité ce n’était pas le cas. Depuis le départ, j’avais pressenti qu’elle prévoyait quelque chose, et ce quelque chose se tenait à présent juste devant moi, vêtue d’une robe parme qui mettait son décolleté en valeur.
Lorsqu’elle prit place à côté de ma meilleure amie, je baissai les yeux en tentant de garder mon calme. Tout cela ressemblait à un gigantesque traquenard, et je n’arrivais pas à réfléchir clairement aux motivations d’Olivia. Peut-être que comme pour la soirée à Las Vegas, elle souhaitait rendre Adriana jalouse, sauf que je ne comprenais pas pourquoi cette dernière s’était déplacée.

Faux Semblants de Lena Clarke (version 3D)Faux-Semblants de Lena Clarke

Cette belle romance nous fait voyager dans le New York des années 50…

Pas certaine de me trouver à la bonne adresse, je fis un pas en arrière pour relire le nom figurant sur la porte. C’était le même que celui indiqué dans le journal, mais l’intérieur du local était très différent de ce que je m’étais imaginé. Cette annonce pour un poste de secrétaire, publiée dans le New York Times, m’avait semblé on ne peut plus sérieuse. Il s’agissait d’un cabinet de détective privé, Parker & Associé, situé à deux pas de Wall Street. Je m’étais attendu à un bureau standard, aussi aseptisé que ceux de la banque où travaillait le mari de ma cousine. Seulement, à part la moquette et les peintures d’un blanc immaculé, les deux endroits n’avaient vraiment rien à voir l’un avec l’autre.

Plusieurs chaises avaient été disposées le long d’un mur. Elles étaient actuellement occupées par deux dames en train de discuter à voix basse. Juste en face, un homme en costume essayait de rassembler les dossiers qui jonchaient le sol. Chaque tas était ensuite déposé au hasard sur le bureau en bois verni qui se trouvait derrière lui. Je commençais à me demander si l’endroit n’avait pas été victime d’un cambriolage, lorsque je vis l’une des piles chanceler au moment où l’inconnu tenta de la faire doubler de volume.

Journal Confidente Virginie RousseauJournal d’une Confidente de Virginie Rousseau

Découvrez le Michigan et surtout sa petite île isolée de Genova dans ce slow burn lesbien.

Elle avait tout misé sur ce job : peu importait sa nature, il payait bien, il la faisait partir loin… C’était tout ce qui comptait. Elle rendit sa cage à lapins, fit ses bagages et partit à bord de sa vieille Ford qui l’avait suivie depuis l’obtention de son permis à l’âge de seize ans. Quand elle prit une carte du Michigan, quelle ne fut pas sa surprise de découvrir que Genova n’était pas une ville, mais une minuscule île à l’ouest de l’état. Pour y accéder, il fallait prendre un petit ferry qui l’avait obligée à abandonner son véhicule à Lake Shore, le seul port qui desservait l’île.

Curieuse, elle avait mis les pieds dans ce ferry sans rien savoir de son futur employeur. Dès que le bateau avait quitté la côte, elle avait frissonné comme si elle quittait son ancienne vie, ce qui était littéralement le cas, à vrai dire. Durant la courte traversée, elle avait eu l’occasion de surprendre quelques échanges entre des habitants discrets et méfiants au possible, ce qui n’avait pas vraiment rassuré la jeune femme. De ce qu’elle avait pu entendre, l’île abritait le village de Genova, une cité qui vivait en quasi autarcie grâce à ses commerces, notamment portuaires. Il semblait qu’une famille en possédait la majorité des terrains, une famille qui suscitait les messes basses et les quolibets desdits habitants. Abigail ne s’était pas penchée plus sur la question, son regard étant attiré par les contours de l’île qui se dessinait au travers de la brume.

L'héritage du Pouvoir - Edwine Morin & Isabelle B. Price - Format PapierL’Héritage du Pouvoir d’Edwine Morin et Isabelle B. Price

Tout commence à New York pour se poursuivre dans le désert des Mojaves et s’achever à nouveau à New York.

Micah et l’un des Traqueurs de son équipe trouvèrent rapidement Sara. Ils avaient fait le tour des hôpitaux de la ville avant de l’identifier. Ils recherchaient une femme brune d’une trentaine d’années admise le matin même et trouvée dans les environs de Central Park. Paradoxalement, il y en avait peu dans une aussi grande ville que New York. Lorsqu’ils prirent connaissance de son numéro de chambre, ils décidèrent d’aller lui rendre une petite visite. Au bout de plusieurs heures de déambulation dans les couloirs du Mount Sinaï, Micah repéra les vestiaires du personnel et entra. Ils s’emparèrent de blouses et de stéthoscopes pour rendre leurs tenues plus réalistes et se dirigèrent d’un pas décidé vers la chambre 2431.

New Heaven - Lena Clarke 3D Format PapierNew Heaven de Lena Clarke

New Heaven est une petite ville américaine typique imaginée pour les besoins de cette belle histoire.

Dans une ville comme New Heaven, il ne fallait pas s’attendre à du palpitant. La nouvelle la plus exaltante remontait à la semaine précédente. Quelqu’un avait brisé l’un des vitraux de l’église et, immédiatement, la rumeur avait voulu que ce soit l’œuvre d’une secte sataniste. De mon point de vue, il s’agissait plutôt du résultat d’une balle de base-ball perdue. Le parc était juste à côté, cela n’aurait rien eu d’étonnant, mais ce n’était pas comme si quelqu’un m’avait demandé mon avis.

J’en étais à ma troisième tasse de café de la journée quand le carillon de l’entrée résonna. J’étais de dos, en train d’en refaire, lorsque la voix chaleureuse de Marissa emplit les lieux pour saluer le nouvel arrivant. La vieille femme s’approcha de moi puis, avec un air de conspiratrice, me tendit la carte de l’établissement.

— Tu la connais ? Je ne l’avais jamais vue par ici.

Popcorn Love de KL Hughes - Livre PapierPopcorn Love de KL Hughes

Cette romance drôle et décomplexée se déroule dans le New York actuel.

Elena se précipita sur le trottoir pour héler un taxi, faisant un grand geste de la main. Elle avait déjà dix minutes de retard à son déjeuner et entretien avec sa potentielle future baby-sitter. Les informations qu’elle avait sur la candidate étaient limitées, Vivian l’ayant appelée quelques heures à peine avant sa pause déjeuner. En réalité, Elena ne savait absolument rien de la jeune femme qu’elle était sur le point de rencontrer, excepté le fait qu’elle était en troisième année à l’université de New York. Vivian ne lui avait même pas donné de nom ou de description physique. Elena espérait que le café choisi par ses soins ne serait pas horriblement bondé, elle ne voulait pas passer la moitié de sa pause de midi à chercher cette fille. D’un autre côté, il était tout à fait possible que personne ne l’attende. Après tout, elle allait avoir presque vingt minutes de retard d’ici à son arrivée.

Seconde Chance - Marie Parson 3D Format PapierSeconde Chance de Marie Parson

Ce coup de foudre se déroule à Los Angeles, à deux pas d’Hollywood…

Consciente qu’elle ne pourrait rien faire pour arrêter la rumeur et terriblement énervée, Alexia mit sa voiture en route, direction son domicile. Elle pesta contre tous les automobilistes de la ville tout en se plaignant de l’absence de vie privée que ce pays lui offrait. Elle en avait parfois juste marre. C’était insupportable de devoir vivre à Los Angeles quand on était actrice pour ne pas être oubliée. Voir son existence exposée systématiquement aux yeux de tous devenait une vraie plaie. Pourquoi ne pouvait-on pas la laisser tranquille ?

Rageant toujours contre le système en place, Alexia tourna bientôt dans l’avenue qui lui permettait de rejoindre sa maison quelques rues plus loin. Réalisant soudain qu’elle était toute proche du domicile de Jennifer elle hésita et, après quelques secondes d’hésitation, prit la direction de ce dernier. Elle s’en voulait pour son manque d’attention et pestait contre sa négligence qui avait exposé sa famille et une parfaite inconnue. Alexia arriva quelques minutes plus tard chez Jennifer. Elle se gara, s’empara du tabloïd et sortit de son véhicule.

Les livres lesbiens qui se déroulent sur d’autres planètes

Anveshan rebellion de Sylvie Geroux 3DAnveshan – Rébellion de Sylvie Géroux

Découvrez Sirkis, une planète inhospitalière où de nombreux humains et extra-terrestres se retrouvent prisonniers.

Le Kardakan avait atterri une petite heure auparavant. Comme le leur avait expliqué Bryanne, le spatioport avait été construit dans les montagnes afin de rester dissimulé aux yeux d’éventuels ennemis. S’en était donc suivie une marche forcée pour rejoindre le campement de la Colonie. Penny n’avait rien contre une petite randonnée en général, mais la température sur cette planète devait avoisiner les 45 °C à l’ombre. Et de l’ombre justement, il n’y en avait guère sur ce petit sentier escarpé. L’ingénieure avait rapidement retiré la veste de son uniforme, qu’elle avait abandonnée dans un buisson. Malheureusement, la chemise brune trempée de sueur qu’elle portait dessous lui brûlait désormais tellement la peau qu’elle s’attendait presque à la voir prendre feu.

Par-dela les astres 3B de Lena ClarkePar-delà les Astres de Lena Clarke

L’histoire de ce coup de foudre a principalement lieu dans l’espace, mais nous découvrons à la fin la planète mère Lindörienne.

Même si de nombreuses photos et représentations en 3D du monde lindoriën circulaient sur Terre, rien n’aurait pu me préparer à le voir de mes propres yeux. Jaya avait réquisitionné une navette, semblable à celle que nous avions empruntée la première fois. Ce fut avec un plaisir manifeste qu’elle nous fit survoler la capitale.

Les bâtisses, en pierre blanche pour la plupart, s’étendaient à perte de vue. Au centre de la ville se tenait un gigantesque palais qui n’avait rien à envier à nos châteaux. L’édifice était colossal. Entièrement vitré, il permettait aux rayons des deux soleils dans le ciel de s’y refléter. Rouge et blanchâtre, la lumière le faisait scintiller et contribuait à le rendre encore plus majestueux.

Je voulais en voir davantage, surtout que j’étais persuadée qu’il s’agissait de notre destination. Pourtant, à la place, Jaya s’aventura au ras d’un lac afin que nous atterrissions sur une sorte de petit îlot indépendant. Des arbres que je ne connaissais pas s’étendaient à perte de vue. J’avais l’impression que nous étions en pleine jungle, jusqu’à ce que j’aperçoive, juste devant, une énorme bâtisse dans le style des habitations que nous venions de croiser.

Par-delà les mondes de Lena Clarke - Format PapierPar-delà les Mondes de Lena Clarke

La même planète est à l’honneur dans cette suite qui met en scène deux autres héroïnes.

Elle s’arrêta devant une baie vitrée, où étonnamment aucun soldat n’était présent. Un petit boîtier électronique était installé à côté de cette dernière. La jeune femme leva la main pour passer son bracelet à proximité et, instantanément, le sas s’ouvrit sur un jardin qui exacerba tous mes sens. Il y avait tellement de plantes de différentes couleurs que je ne savais plus où regarder. Leurs parfums se mélangeaient et perturbaient mon odorat.

Des arbres gigantesques avaient été plantés à proximité des murs, comme pour masquer délibérément la vue. Je levai les yeux au ciel, tout en tournant sur moi-même, et au contact de l’herbe sous mes pieds, un petit frisson de plaisir me traversa. Cet endroit paraissait irréel, surtout sur cette planète où tout avait tendance à se ressembler.

Étiquettes :

Posts connexes

Répondre

Vous devez être connecté pour afficher un commentaire