Afficher tous les 4 résultats

Fanny Mertz

Fanny Mertz

Fanny Mertz a toujours beaucoup voyagé. Née à l’étranger, elle passe une partie de son enfance outre-mer avant de revenir en France, non loin de Paris. Elle y suit des études scientifiques et exerce aujourd’hui un métier qui n’a rien de littéraire, mais qui la contraint à de très fréquents voyages, un peu partout autour du monde. Quand elle rentre chez elle, ce qu’elle préfère c’est être dans la nature, randonner, s’occuper de son potager, cuisiner, bref, ne plus bouger !

Fanny a commencé à écrire alors qu’elle était en déplacement professionnel, pour occuper le temps perdu à cause du décalage horaire. Ce qui n’était qu’un exutoire devient vite une drogue et Fanny chérit désormais ses nuits blanches, quand elle est seule dans un hôtel à l’autre bout du monde.

Suite à un concours de nouvelles, elle édite un premier texte en 2005, aux éditions Adventice. Puis, toujours suite à un concours, les éditions de la Cerisaie éditent une deuxième nouvelle en 2006. La rencontre avec cet éditeur permettra également la sortie de son premier roman, Vice Versa en 2008. Cependant, le destin offre parfois des revirements de situation et les éditions de la Cerisaie ferment en 2009.

Depuis, Fanny continue d’écrire, elle adore ça, mais si les Reines de cœur n’étaient pas passées par là, personne n’en aurait rien su… Avec une signature en 2016 et la préparation de deux projets littéraires : une réédition du fameux Vice Versa et un nouveau roman inédit, la suite des aventures littéraires de Fanny Mertz se présente sous les meilleurs auspices, pour le plus grand bonheur des lectrices et de la collection « Littérature ». En effet, les écrit de Fanny sont sensibles, observateurs, dans un style soigné et épuré qui séduit dès les premières lignes, faisant de ses romans des œuvres incontournables de la littérature lesbienne.

Interview de Fanny Mertz pour son roman Vice Versa

Interview de Fanny Mertz pour son roman Aimer n’est pas Jouer

Interview de Fanny Mertz pour sa nouvelle Les portes d’Ys