Extrait de l’Avocate du Diable de TB Markinson et Miranda MacLeod

L'Avocate du Diable - Image - Titre - TB Markinson & Mianda MacLeod

Impatientes de découvrir l’extrait de l’Avocate du Diable ?

Si vous êtes ici aujourd’hui, c’est que comme nous, vous êtes certainement très impatientes de découvrir l’extrait de L’Avocate du Diable, le premier roman de TB Markinson et Miranda MacLeod publié en français.

La semaine dernière, nous avons partagé avec vous les biographies des deux autrices qui se connaissent depuis de nombreuses années. Et cette semaine, premier coup d’œil sur cette belle histoire. Pour ne pas que ce soit la même chose que le premier chapitre que vous pourrez découvrir le jour de la sortie, le 14 mars, sur la page du produit, on a choisi un autre extrait. Un extrait assez génial où Ashley est d’une mauvaise foi exceptionnelle. Impossible de ne pas l’adorer !

Mais avant, petit rappel qui s’impose…

Le roman L’Avocate du Diable sortira le 14 mars 2024 sur le site de Reines de Coeur

Et avant de vous donner à lire ce joli moment de mauvaise foi, voici le résumé du livre de TB Markinson et Miranda MacLeod.

Le seul but d’Ashley Tanner depuis le décès de son père est de soutenir sa famille issue d’un milieu modeste. Devenue une brillante avocate, elle est sur le point d’obtenir la place d’associée tant convoitée pour laquelle elle se bat depuis le début de sa carrière. Mais, alors que son objectif est à portée de main, le retour d’une mystérieuse femme de son passé met en péril sa promotion.

Si Caitlyn Brewster est née avec une cuillère en argent dans la bouche, elle s’est malgré tout fait un point d’honneur à réussir par elle-même. Au fil des années, une seule femme a percé les défenses de Caitlyn. Une femme qui souffle davantage le froid que le chaud. Une femme qu’il vaut mieux oublier. Une femme qui, lorsqu’une urgence familiale oblige Caitlyn à rentrer chez elle à Boston et à accepter un emploi dans le cabinet d’avocats de son oncle, se révèle soudainement être sa plus grande rivale.

Amenées à collaborer, Ash et Caitlyn forment un duo imbattable à l’alchimie explosive. Mais l’énergie entre elles pourrait être d’une nature qu’elles ne sont pas prêtes à admettre. Plus elles travaillent ensemble, plus il devient difficile de contrôler leurs désirs, même lorsqu’elles sont impliquées dans une affaire dont les enjeux pourraient bouleverser leur avenir.

Dans leur quête constante de succès, Ashley et Caitlyn se retrouvent confrontées à une situation inédite : que se produira-t-il si seule l’une d’elles peut remporter la victoire ?

Et la couverture du roman, parce que c’est toujours mieux…

…Si comme moi, vous n’arrivez pas à venir à bout des puzzles ! Du coup, belle découverture de la couverture. Et maintenant, place à l’extrait de L’Avocate du Diable !

L'Avocate du Diable - Roman lesbien de TB Markinson et Miranda MacLeod

L’extrait de L’Avocate du Diable de TB Markinson et Miranda MacLeod :

Ash contempla sa pauvre agrafeuse malmenée, tandis que son esprit vagabondait. Six ans plus tôt, elle avait abordé le concours d’éloquence en étant fin prête. Ce procès fictif représentait pour elle une occasion unique de réussir. Avec le stage d’été, elle avait l’assurance de gagner plus qu’en travaillant toute une année dans un fast-food, ou en faisant des ménages, assez en tout cas pour lui permettre de suivre enfin une formation à plein temps. Sans parler du fait que c’était, pour elle, le seul moyen d’être remarquée par un cabinet d’élite comme McGill & Harding.

Avec ses manœuvres de tordue, Caitlyn Brewster avait failli tout gâcher. Ash y avait souvent repensé depuis – beaucoup plus souvent qu’elle ne l’aurait avoué à quiconque. C’était clair, Caitlyn n’avait jamais été attirée par elle. Elle l’avait approchée avec l’intention de la séduire, de l’affaiblir, de se donner une chance supplémentaire de gagner. À part cela, il fallait reconnaître qu’elle avait été une concurrente redoutable. Étrangement, elle avait flanché à la toute fin, en commettant une erreur de débutante au cours de sa dernière plaidoirie. Et voilà qu’aujourd’hui elle refaisait surface, pile au moment où Ash était sur le point de décrocher le poste d’associée pour lequel elle travaillait dur depuis tant années.

Sauf que cette fois, Ash connaissait les ruses de guerre de son adversaire. Caitlyn était du genre à utiliser toutes les armes à sa disposition pour obtenir ce qu’elle souhaitait. Par exemple, embrasser l’ennemi dans l’unique but de le déstabiliser. Ou encore arriver habillée comme une strip-teaseuse pour son premier jour de boulot, en sachant très bien que soixante-quinze pour cent des associés étaient de sexe masculin.

Cette femme ne s’embarrassait décidément d’aucun scrupule.

Ash se leva de sa chaise en regrettant de ne pas avoir une bonne raison de rester dans son bureau. Par exemple, une jambe cassée. Jamais personne n’aurait exigé qu’elle traverse tout le couloir jusqu’à la salle de conférence en claudiquant sur des béquilles. Pas même ceux qui ne l’aimaient pas, c’est-à-dire à peu près tout le monde ici, d’après ce que venait de lui expliquer Jenna.

N’ayant pas de béquilles sous la main et ne trouvant aucune excuse valable pour commencer à boiter sur le champ, Ash dut parcourir les quelques mètres qui la séparaient de la salle de conférence. Il n’y avait presque plus personne et pratiquement plus rien à manger. Les vautours avides de gratuité étaient déjà passés par là, ne laissant que quelques biscuits émiettés et deux ou trois petites carottes assez tristounettes.

— Ah, vous voilà !

Frank Lamont, l’un des associés, l’interpella à l’instant où elle franchissait le seuil. Elle se serait bien passé de lui faire des politesses.

— Venez, que je vous présente Caitlyn Brewster.

Il saisit Ash par les épaules et l’entraîna auprès de la dernière femme sur terre à qui elle avait envie de parler, puis il disparut dans le couloir avant qu’elle ait eu le temps d’ouvrir la bouche. Bon. Il ne fallait donc pas compter sur lui pour meubler la conversation.

— Ça fait plaisir de te revoir, déclara Caitlyn avec un sourire que tout autre qu’Ash aurait jugé sincère.

Elle était moins petite que dans son souvenir, sans doute grâce à ses chaussures munies de talons de dix centimètres. Et encore plus éblouissante.

Le rouge lui allait particulièrement bien.

Ash plissa les yeux, regrettant de ne pas avoir une agrafeuse à portée de main pour passer ses nerfs.

— On se connaît ?

Une lueur déçue envahit le regard de Caitlyn, puis son visage se détendit.

— Désolée, il m’avait semblé, j’ai dû me tromper.

Un point pour moi ! songea Ash. Et Jenna qui prétendait qu’elle n’aimait pas le sport ! Néanmoins, cette victoire sur son ancienne adversaire n’était pas aussi douce qu’elle l’aurait cru. Au contraire, elle lui laissait un goût fade, un peu comme le contenu d’une bouteille de soda qui serait restée ouverte toute la nuit au réfrigérateur. C’était quand même infantile de feindre de ne pas la reconnaître et Ash regrettait de ne pas avoir trouvé mieux. Peut-être aurait-elle pu se montrer moins glaciale. Ce n’était pas facile d’arriver dans un cabinet où l’on ne connaissait personne.

En attendant, Caitlyn la dévisageait avec une telle intensité qu’elle en avait la chair de poule. Elle comprenait pourquoi elle avait succombé à son charme, six ans plus tôt.

— Ça y est ! s’exclama Caitlyn. Je sais pourquoi il me semblait vous connaître. Vous me rappelez une de mes nounous !

Bon. Elle n’avait pas autant de charme que ça, finalement.

Et pour le score, c’était 1 partout.

En une seule réplique, cette espèce de fouine sournoise avait réussi à la traiter de vieille et à lui faire sentir qu’elle était issue d’un milieu social inférieur au sien. Une sacrée gifle et une piqûre de rappel pour qu’elle n’oublie pas à quoi elle allait être confrontée. Si cette Caitlyn n’avait pas été sur le point de lui souffler son poste d’associée, Ash aurait admiré sans réserve son sens de la répartie.

Avant qu’elle ait eu le temps de répondre, Caitlyn lui tourna le dos et sortit de la pièce. À présent, Ash avait en tête une bonne centaine de répliques cinglantes, tout ce qu’elle aurait pu rétorquer afin de remettre cette nouvelle collègue à sa place. Malheureusement, elle n’était plus là pour les écouter. C’était rageant.

Puisqu’il n’y avait désormais plus un chat dans la salle de conférence et personne pour l’observer, Ash prit le temps de s’arrêter devant le plat de carottes et en trouva quelques-unes à peu près décentes. Elle les emporta, ainsi que les deux derniers morceaux de fromage, de quoi tenir jusqu’au dîner, voire plus. La nuit promettait d’être longue et elle n’aurait sans doute pas le temps de se commander à manger.

L’histoire se répétait. Elle allait affronter Caitlyn et, comme six ans plus tôt, une seule resterait debout quand on annoncerait le nom de la nouvelle associée. Ash était prête à travailler vingt-quatre heures sur vingt-quatre s’il le fallait. Cette promotion était pour elle.

Un commentaire sur “Extrait de l’Avocate du Diable de TB Markinson et Miranda MacLeod

  1. Cortin Cecile says:

    L’extrait me passionne déjà !
    La couverture est très évocatrice : détermination, tension, sensualité
    Ashley, sous son air intransigeant va sûrement finir par craquer face à des lèvres si pulpeuses et tentatrices !🥰

Laisser un commentaire