Portrait de Clémence Albérie l’auteure de 6h22 Place 108

Clémence Albérie

Peux-tu te présenter rapidement ?

Clémence Alberie, 25 ans, Tarnaise, Ingénieur agronome, passionnée par l’environnement et les bêbêtes de toutes sortes (sauf les araignées), mordue d’écriture et de lecture. J’aime autant être entourée de mes proches que passer des heures seule avec moi-même à écrire, penser, faire de la photo, cuisiner…

Je pense que c’est un peu trop rapide pour le coup… Mais dans les grandes lignes, c’est moi tout simplement !

Qu’est-ce qui a motivé l’écriture de ce roman ? Y a-t-il une anecdote à l’origine de cette création ou de cette idée ?

Pour le loisir et le travail j’ai été amenée à faire une multitude de trajets en train. Au fil de mes déplacements, j’ai passé beaucoup de temps à observer les gens autour de moi. Ayant une imagination très fertile, il m’arrive facilement de partir dans mes pensées et d’imaginer la vie des gens, les liens entre eux… J’ai déjà assisté à de jolis ou vécu de drôles moments de drague grâce à la SNCF, et ça m’a conduit sur la voie d’une histoire d’amour naissant des trajets quotidiens dans un train. Puis j’ai écouté La Valse de Yann Tiersen et… BOUM… Trop d’idées dans la tête pour ne pas l’écrire…

Comment te sens-tu par rapport à la sortie prochaine de ton roman ? As-tu peur des réactions que ce livre pourrait susciter autour de toi ?

Hum hum… Comment dire… pour être honnête je prends ça avec une grande… panique ! Je me sens me liquéfier progressivement à l’idée que mes proches découvrent la petite écrivaine en moi que je ne leur avais jamais présentée jusqu’à maintenant ! Je ne dirais pas que j’ai peur cependant, mes parents l’ont lu… le plus dur est fait [rires]. Enfin le plus angoissant en tout cas ! Leur avis comptait particulièrement et je dois avouer que j’ai été particulièrement insupportable pendant qu’ils le lisaient… Je ne sais pas pourquoi, mais apparemment, demander vingt fois par jour si ça leur plait ça agace… Allez savoir pourquoi [rires].

Maintenant, oui j’ai quelques moments de stress bien sûr, mais j’ai aussi, et surtout, très hâte d’annoncer officiellement la sortie du livre et voir les retours que j’en aurai… Tout ça est vraiment très excitant !

Es-tu sensible à la critique littéraire ? Et à la critique tout court ?

Oui je pense pouvoir dire que je le suis. Je pense que tout avis est bon à prendre à condition qu’il soit constructif. J’ai un peu de mal avec la critique pure et gratuite basée sur aucun argument. Je pense que chaque personne écrivant, ou présentant son travail en général, quel qu’il soit, doit ressentir la même chose que moi.

Je sais cependant que rien ne peut plaire à tout le monde, je ferai avec les critiques !

Comment s’est passée ta rencontre avec les éditions Reines de Cœur ?

Très bien. J’ai été contactée par Edwine en octobre l’année dernière et au début sincèrement je n’y croyais vraiment pas. J’ai eu du mal à réaliser et puis le travail éditorial a débuté et tout est devenu vraiment réel. Je crois que c’est seulement quand j’ai signé le contrat que j’ai arrêté de me dire « tu vas te réveiller c’est trop beau pour être vrai ». Au-delà de la perspective d’être publiée, j’ai été très emballée par ce trio de jeunes femmes se lançant avec passion et enthousiasme dans l’ouverture d’une maison d’édition lesbienne. Ce projet est génial et pouvoir en faire partie c’est un honneur.

Quelle partie préfères-tu dans le « métier » d’auteure tel que tu le pratiques en ce moment en collaboration avec les éditions Reines de cœur ?

Je ne sais pas s’il y a une partie en particulier, mais au début du travail éditorial les échanges, les commentaires, conseils et discussions m’ont vraiment permis de progresser à toute allure. J’ai vraiment la sensation d’avoir encore grandi dans mon style et ma confiance en moi. C’est vraiment un travail d’échange passionnant que j’ai hâte de redémarrer pour un nouveau projet.

Aurais-tu des conseils à donner aux aspirants auteurs ?

D’oser. Si vous avez une idée, si vous sentez que vous avez ce besoin d’écrire, écrivez. Je pense qu’il faut écrire pour soi, pour se faire plaisir avant tout, c’est le meilleur moyen pour mener à bien son projet. Écrire dans l’unique but de publier peut mettre trop de restrictions dans la créativité et l’inspiration. Dans mon cas, présenter un de mes projets et avoir des retours comme j’ai pu faire avec fanfiction… ça m’a vraiment aidé à prendre confiance en moi et en mes capacités d’écrivain. J’ai osé de plus en plus, progressivement, et d’après les retours que j’ai eus, ça s’est senti [rires].

À tous les aspirants auteurs, avant tout prenez du plaisir à écrire, osez, éclatez-vous, ça se ressentira dans la lecture !

Quel mot aimerais-tu dire à ceux qui te liront après cette interview ? Et à ceux qui ne te liront pas ?!

À ceux qui me liront… Une très bonne lecture à vous, j’espère que vous passerez un bon moment dans mon univers et que vous n’hésiterez pas à me dire ce que vous en aurez pensé.

À ceux qui ne me liront pas… Peut-être, rendez-vous sur un autre livre ! En tout cas si cette histoire ne vous intéresse pas, n’hésitez pas à regarder les autres romans proposés par R2C, il y a des styles bien différents, chacun peut trouver son bonheur et plein d’autres romans verront le jour ici !

Où les fans peuvent-ils te trouver et venir à ta rencontre ?

J’ai un compte Twitter et une page Facebook à mon nom ainsi qu’un mail sur lequel vous pouvez venir à ma rencontre ! Tous les liens sont présents sur mon profil à la rubrique « auteures » du site R2C.

2 Commentaires sur “Portrait de Clémence Albérie l’auteure de 6h22 Place 108

  1. christine says:

    Bonjour Clémence,
    J’ai acheté ton livre que j’ai dévoré. Tu as été le premier auteur que j’ai lu quand j’ai eu vent des fanfictions sur le net. L’histoire m’avait emballé et j’ai dû la lire plusieurs fois … Donc quoi de plus normal que d’acheter la version corrigée et me faire découvrir cette maison d’édition.Étant grande consommatrice de lecture je pense que je vais devenir fan …
    Encore merci.

    • Clemence Alberie says:

      Bonjour Christine,
      Merci beaucoup pour ton très gentil message. ça fait vraiment chaud au coeur d’avoir de tels retours et quand ils viennent de lectrices fanfiction, ça a un petit quelque chose en plus. Merci sincèrement. Tu as bien raison de t’interesser également à la maison d’édition, elle a un bel avenir devant lui et j’ai déjà hâte du jour où sera publié mon second roman!!
      Meci à toi

Laisser un commentaire