The Wrong McElroy : Interview de l’autrice KL Hughes

KL Hughes The Wrong McElroy

Bonjour KL Hughes, The Wrong McElroy est votre troisième roman publié après Popcorn Love et The Art of Us. La fierté et le sentiment d’accomplissement sont-ils toujours les mêmes lors de la sa sortie ou vous êtes-vous habituée ?

Je me suis définitivement habituée au processus de publication et ce à quoi cela ressemble, étape par étape, mais je ne me suis pas encore habituée à la sensation de mes livres dans mes mains ou à les voir sur l’étagère de quelqu’un. Je ne pense pas que je m’habituerai un jour à ce que quelqu’un me dise que quelque chose que j’ai écrit est spécial pour lui et est devenu quelque chose qu’il chérit et qu’il relit pour rire ou pleurer ou dont il tombe amoureux. Cela ne vieillit jamais et ne perd jamais de sa valeur ou de son effet. C’est ce qui me permet de rester sur une page, d’écrire, en sachant que mes personnages et mes histoires ont une importance que je ne comprends pas complètement pour une si grande variété de personnes dans le monde. C’est tout simplement époustouflant et merveilleux, vraiment.

En quelques mots, pouvez-vous nous dire en quoi consiste The Wrong McElroy ?

The Wrong McElroy est une comédie romantique sur Fiona Ng, une lesbienne qui accepte de se faire passer pour la compagne de son meilleur ami, Michael pour la réunion de Noël de sa famille, qui se déroule au cours d’un long week-end en Arkansas. La famille de Michael est immense et pleine de personnalités. C’est une bande turbulente qui aime les vacances et a un sacré esprit de compétition. Fiona est rapidement submergée par les nombreux frères et sœurs de Michael, mais aucun ne l’affecte plus que sa jeune sœur, Lizzie, une rousse sexy et hilarante qui a son propre secret.

Cette histoire est un peu la romance lesbienne de Netflix que tout le monde attend avec de l’humour, des sujets sérieux et des filles qui aiment les filles, non ?

Les lectrices et lecteurs m’ont dit que cette histoire ferait un excellent film, le genre de romance sexy et amusante que nous, en tant que femmes homosexuelles, ne voyons jamais vraiment représentée à la télévision ou au cinéma. Ce serait vraiment bien d’avoir plus de films et de séries mettant en scène des femmes queer et des relations un peu plus légères et drôles.

The Wrong McElroy est peut-être une histoire d’amour qui fait du bien, mais c’est une histoire très attachante qui traite de nombreux sujets tels que le racisme, la discrimination, le respect des différences. Était-il important pour vous d’aborder tous ces sujets ?

Il était important pour moi de traiter ces sujets dans ce livre, car ils font partie de la vie de Fiona. Aux États-Unis, la discrimination est malheureusement un aspect commun à la vie de toutes les femmes dans une certaine mesure, mais surtout à la vie des femmes queer, des femmes de couleur et des femmes queer de couleur. Je ne voulais pas prétendre que cela ne faisait pas partie de notre réalité et de celle de Fiona, et plus important encore, je pensais qu’il aurait été malhonnête de ne pas le reconnaître et de ne pas accorder d’espace et de reconnaissance à cette réalité.

Je voulais surtout montrer les discriminations qui ne sont pas couramment abordées dans le travail créatif, et c’est le type de discrimination de tous les jours. J’entends par là que lorsque beaucoup de gens pensent à l’homophobie et au racisme, ils pensent à des actes et des expressions manifestes de cruauté ou de violence, mais c’est bien plus que cela. C’est un phénomène à plusieurs niveaux qui peut être si subtil et si douloureusement naturel pour certains. Elle surgit dans notre vie quotidienne, à chaque instant, avec des gens que nous connaissons, avec des gens en qui nous avons confiance ou même que nous aimons. Il s’agit des questions courantes que certains nous posent, des suppositions qui nous mettent dans des cases et ensuite des stéréotypes qui nous dénigrent. Vous savez, Fiona ne subit pas ouvertement de cruauté ou de violence chez Michael, mais ce qu’elle ressent, c’est toujours du racisme. Ce que Lizzie vit avec sa grand-mère n’est pas de la violence homophobe, mais de l’homophobie. C’est peut-être un type de violence encore plus insidieux, parce que les gens ne condamnent pas ce type de violence de façon typique ou immédiate. Au lieu de cela, nous l’excusons, nous le pardonnons, nous l’expliquons, et nous laissons le fardeau de l’éducation non pas à la personne qui a besoin d’être éduquée, mais à la personne qui a subi un préjudice. Cela constitue en soi un problème. Il n’y a pas que les actes de cruauté et de violence qui comptent. Chaque petite déclaration fait inutilement souffrir quelqu’un. Même les formes de discriminations les plus infimes ou les plus banales causent du tort, et je voulais que cela soit compris.

Fiona est différente de vos héroïnes précédentes, parce que son histoire familiale n’est pas anecdotique ou niée, c’est vraiment la base de son caractère, n’est-ce pas ?

Tous mes personnages sont influencés par leur histoire familiale, même s’ils n’ont jamais vraiment eu de famille. Je pense que cela fait partie de la vie. À bien des égards, nous sommes influencés et façonnés par nos familles ou notre absence de famille. La façon dont nous grandissons dans le monde, à bien des égards, influence notre façon de nous déplacer dans le monde, de traiter les gens et nous-mêmes, et bien d’autres choses encore. Cela ne veut pas dire que nous ne pouvons pas changer la personne que nous sommes devenue, façonnées par nos expériences. Nous pouvons toujours apprendre et évoluer. Nous pouvons toujours changer. Mais il serait inexact de dire que nos histoires et nos expériences ne nous façonnent pas. Pour Fiona, il y a des aspects culturels et raciaux qui jouent également dans ses expériences. Elle est une lesbienne asiatique-américaine de première génération. Elle a grandi aux États-Unis, déchirée entre deux cultures complètement différentes, celle de sa famille et celle de ce pays, et tout ce que chacune implique. Je voulais que cela fasse partie de son histoire, de la manière dont cela l’a façonnée et de certaines des luttes qu’elle a endurées par rapport à cela. Je ne voulais pas que ce soit la totalité de son histoire ou tout ce qui l’intéresse, parce qu’évidemment, cela ne serait pas fidèle à son caractère ou à l’humanité en général. Les gens ne fonctionnent pas de cette façon. Nous ne sommes pas définis par un seul aspect de notre vie, même si cet aspect colore tout ce que nous faisons. Même si les gens veulent nous mettre dans des cases et nous réduire à cela. Fiona est un personnage à plusieurs niveaux, une personne complète, et oui, un de ces niveaux est sa famille et son histoire culturelle, mais ce n’est certainement pas tout ce qu’elle est.

Il y a un côté « éducatif » très intéressant dans les réactions des personnages aux commentaires racistes de la grand-mère. En expliquant qu’il ne faut pas se taire, vous prouvez que chacun peut se battre à son niveau, n’est-ce pas ?

Je crois vraiment que chacun, et tout le monde, peut lutter contre la discrimination. Parfois, cela implique une action radicale, et d’autres fois, c’est aussi simple que refuser de garder le silence sur une erreur dont on est témoin. Parfois, c’est aussi facile que de faire des recherches, aussi facile que d’être prêt à écouter et à apprendre. Quand il y a tant de mal dans le monde, un acte radical, c’est faire le choix de le dire, de l’appeler par son nom, de le reconnaître et de refuser de le laisser passer.

L’amitié entre Michael et Fiona est belle, leur amour transpire du début à la fin et même s’ils ne sont pas d’accord, même s’ils se disputent, ils s’aiment et finiront toujours ensemble, n’est-ce pas ?

Fiona et Michael ont une relation si particulière. Ils ont une véritable intimité platonique l’un avec l’autre et se comprennent. Chacun comprend comment l’autre fonctionne, procède, pense et se comporte. Et lorsqu’ils ne comprennent pas, ils font de leur mieux pour le partager et pour être patients et ouverts. Ils s’aiment beaucoup, et j’imagine qu’ils feront toujours partie de la vie de l’autre, car leur amitié est si spéciale et si durable.

Vous avez des frères et sœurs ? Parce que votre vision des relations fraternelles a quelque chose de très juste et sincère, ce n’était pas difficile à dépeindre ? Surtout avec autant de personnages ?

Oui, j’ai plusieurs frères et sœurs. En fait, je suis issue d’une famille assez nombreuse. Je me suis beaucoup appuyée sur mes expériences pour imaginer et façonner la dynamique familiale dans cette histoire, en particulier la dynamique entre frères et sœurs. Ayant moi-même quatre sœurs et deux frères, je suis intimement consciente de la différence de chaque relation et de la dynamique de chaque frère et sœur. La façon dont je communique avec l’un de mes frères ou l’une de mes sœurs, dont je plaisante avec lui ou avec elle, dont je passe du temps avec lui ou elle, peut être complètement différente de la façon dont je le fais avec un autre de mes frères et sœurs. Je voulais que cela soit visible dans le travail. Chaque personnage a ses propres dynamiques qui varient avec les uns ou les autres. Vous savez, la relation de Lizzie avec Jessie est complètement différente de sa relation avec Michael ou de sa relation avec Brian. La dynamique de Michael avec Lizzie est différente de sa dynamique avec Sophie ou Grace. Les relations familiales et les relations entre frères et sœurs peuvent avoir plusieurs niveaux et être très différentes d’une personne à l’autre. Je voulais vraiment que chacun des McElroy ait sa propre personnalité, même ceux avec qui nous ne passons pas autant de temps. C’était très amusant de travailler avec une si grande famille dans cette histoire et de jouer avec ces dynamiques pour voir et sculpter ce qui semblait juste et vrai.

Il est encore rare de voir des personnages asexuels dans les romans. Était-il important pour vous d’aborder cette question ?

Ce n’est pas quelque chose que j’ai voulu faire. J’ai juste fait un choix qui, pour moi, semblait juste pour ce personnage. Lorsque je crée des personnages, je commence par un minimum de détails, juste les expériences de la vie, puis je me pose des questions sur chaque personnage et j’essaie de les imaginer et de les incarner comme de vraies personnes dans des endroits réels afin de pouvoir construire un personnage en trois dimensions qui semble authentique. Je les laisse me dire qui ils sont, dans un sens, en essayant simplement d’être pleinement dans leur tête, de comprendre la culture et l’environnement dans lesquels ils ont grandi, les expériences qu’ils ont vécues et comment tout cela, collectivement et individuellement, peut affecter et façonner leurs pensées, leurs sentiments, leurs comportements et leurs manières de communiquer. Michael est en fait le premier personnage que j’ai créé pour cette histoire. Je ne l’ai pas rendu asexuel spécifiquement pour une quelconque représentation. Dans mon esprit, c’était juste sa vérité, et c’était une vérité qu’il n’avait pas encore totalement découverte, qu’il n’était peut-être pas capable de cerner ou d’accepter complètement pour le moment, mais qu’il était en train de comprendre et d’accepter. C’est un aspect important de sa vie qu’il n’a pas encore tout à fait maîtrisé, mais j’aime imaginer qu’il en vient à accepter et à aimer cette partie de lui-même et qu’il la partagera avec les gens de sa vie quand il sera parfaitement prêt et pas avant.

Est-ce que vous écrivez en ce moment ? Est-ce que vous avez d’autres projets ?

Actuellement, je me concentre principalement sur ma carrière d’écrivaine pour la télévision et je travaille sur plusieurs scénarios de pilotes originaux. Mais j’ai aussi quelques livres en réserve ! Je travaille toujours sur quelque chose de nouveau.

KL Hughes The Wrong McElroy

Laisser un commentaire

⚡️Nouveau⚡️ Envie de faire plaisir ? Reines de Coeur met en place les cartes cadeaux 🎁 !

X